Faites appel à nous !

Faites appel à nous !

21/12/2020

Ne restez pas seul.e.s à gérer les situations liées à l'identité de genre et à l'orientation sexuelle.

L'association CONTACT France et l’ensemble de son réseau d'associations locales s'associent à l'émotion suscitée par le suicide d'Avril*, lycéenne à Lille.

Avril était une jeune fille trans qui voulait vivre heureuse telle qu'elle est.

Nous nous garderons bien de nous ériger en juges, en faisant des conclusions hâtives ou des raccourcis entre les événements, car nous ne connaissons pas le parcours de vie d'Avril, mais force est de constater qu'accepter et accompagner les besoins fondamentaux des jeunes trans, ou qui se questionnent sur leur identité de genre, semble être encore et toujours un domaine bien trop peu investi par les professionnel.le.s de l'éducation, et souvent d'une manière plus soucieuse du "qu'en dira-t-on ?" que du bien-être du jeune. 

Au sein de CONTACT, de nombreux témoignages de familles nous relatent souvent la même histoire : la frilosité des administrations, notamment celle de l'Education nationale, à mettre en place des choses, même simples et légales, qui amélioreraient le quotidien des élèves trans, minimisant ainsi le mal-être profond qu'ils.elles expriment, et laissant courir le harcèlement dont ils.elles sont souvent victimes.

On aura beau s'offusquer du contraire, ou faire comme si on était surpris de la teneur de cet événement, ce n'en est justement pas un, il n'y a plus à prouver que ces situations sont répandues.

La phrase prononcée par Avril dans son ultime vidéo est criante de vérité et résume à elle seule le cœur du problème : "alors c'est eux qu'on doit éduquer".  Tout l'enjeu est d'avoir justement une véritable campagne de sensibilisation et de formation à l'accueil des questionnements liés à l'identité de genre, dans tous les établissements d'enseignement. 

Les différents plans gouvernementaux qui se sont succédés, comme le dernier en date "Ça suffit !", ont manqué cruellement de moyens, de relais, de visibilité. Même si nous saluons ces initiatives, ces outils d'apprentissage du vivre ensemble restent souvent au stade du plan de communication, et sont trop peu connus des personnels encadrants.

M. Blanquer, ministre de l'Education, parle du "droit de chacun à être respecté", mais nous, association de lutte contre les LGBTphobies, constatons tous les jours que l'Education nationale n'est pas totalement prête à accueillir ce droit, ce respect de la dignité de la personne dans son entièreté. Elle préfère souvent ménager les différentes "sensibilités", plutôt que de les confronter et de les réunir. 

Nous, le réseau des associations CONTACT, tout comme les associations d'auto-support trans ou SOS homophobie, sommes là pour accompagner les jeunes et les encadrants sur les situations liées à l'identité de genre et à l'orientation sexuelle.

Faites appel à nous !

Ne restez pas seul.e.s à gérer cela, et ne croyez pas qu'il s'agisse de crises d'adolescent.e.s d'une part, et de chamailleries de cour d'école d'autre part. 

Bien-sûr, des actions de sensibilisation ont déjà lieu en milieu scolaire, grâce à la confiance que nous accorde le ministère, mais ces sujets pourraient être portés de manière plus ambitieuse. Ils ne doivent pas être uniquement remis entre les mains du monde associatif, c’est à l’Etat de mettre en place un véritable plan de formation de tous les services publics, afin que chaque personne trans soit accueillie avec considération, dans le respect de la loi. Les associations se tiennent prêtes pour le co-construire.

Enfin, pour que ce qui est arrivé à Avril ne soit pas réduit à un sujet dont on s'emparerait, l’ensemble du réseau CONTACT tient à saluer la personne qu'elle était, une jeune lycéenne qui a eu le courage d'être elle-même dans une société normative. Pensées pour elle et ses proches.

*nous utilisons l’un des prénoms qu’elle s’était choisi, et non celui assigné à sa naissance, couramment utilisé dans les médias.

Le réseau des associations CONTACT

► Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse.

Nous joindre

CAPTCHA
Cette question permet de vérifier si vous êtes bien un humain et non un robot.
11 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.